Vila Bea : Design en front de mer

Texte : Carole Belahrach Photos : Thierry Deschamp

Entre Rabat et Asilah, là où quelques spots encore sauvages s’offrent au regard des plus aventureux, là où la lagune de Merja Zerga accueille les oiseaux migrateurs, le bourg paisible de Moulay Bousselham réserve une bien jolie surprise. Blottie entre deux maisons au bout d’une rue méandreuse, la Vila Bea se devine plus qu’elle ne se dévoile. L’ancien refuge de bord de mer, tranquille et sans histoire, s’est métamorphosé en maison d’hôtes de luxe, chic et moderne. Mue par l’élégance de ses lignes épurées, Vila Bea se déploie vers l’océan. Son intérieur design et la nature environnante mettent en scène un plaisant contraste, exacerbé lorsque les éléments se déchaînent. À l’insolence des vagues qui la provoquent parfois, Vila Bea oppose sa gaieté et son infrangible cohérence. Son histoire est celle d’un hasard heureux.

Du Brésil au Maroc

Quand, il y a une dizaine d’années, Béatrice découvre Moulay Bousselham, elle ignore que cette petite station balnéaire, calme et lumineuse, sera un jour son port d’attache. Ici, elle rejoint régulièrement une amie qui, amoureuse du site, y a élu domicile. Mais la vie est parfois curieuse, qui nous exile à l’autre bout du monde pour mieux révéler l’évidence. Ainsi Béatrice est partie, loin. À Rio de Janeiro. Mais le projet qu’elle y nourrissait avec Stéphane, son mari, n’a pas vu le jour. Sur le chemin du retour, passage obligé par Moulay Bousselham, pour se ressourcer, faire le deuil du Brésil. Une maison est en vente. Coup de foudre. En deux semaines, Béatrice et Stéphane acquièrent la future Vila Bea… avec un seul L, comme en brésilien. Aidés par leur amie, Béatrice et Stéphane font appel à une cohorte d’artisans de la région.

Ce long rectangle qui rampe graduellement vers la plage conservera la sobriété de sa structure extérieure. Rhabillée de blanc, Vila Bea ne laisse rien paraître de sa transformation intérieure. Lignes droites préservées, piliers contournés, tous les volumes sont repensés, mais reste à inviter la lumière, abondamment. Alors les baies vitrées s’alignent face à l’océan, laissant le regard tutoyer l’horizon. Les ouvertures se multiplient, en hauteur afin de préserver l’intimité – ici on voit sans être vu – tout en capturant à toute heure du jour les tableaux vivants que forme la course des nuages. Pour prolonger les reflets du ciel et de l’océan, le bleu s’impose, décliné du plus clair au plus sombre dans des teintes exclusives.

Repaire vintage

Omniprésents sur les sols et sur les murs, les carreaux de ciment s’inspirent du style Verner Panton. Stéphane crée les motifs et supervise la fabrication artisanale à Sidi Kacem, Béatrice élabore les calepinages à base de ronds, carrés et spirales furieusement modernes qui font écho aux meubles de designers que Stéphane a chinés en Europe. Des années 1950 aux années 1980, les styles cohabitent dans un harmonieux éclectisme : chaises fourmis Jacobsen dans la salle à manger, fauteuils Paulin dans le salon et dans les chambres, canapés De Sede, lampes Vico Magistretti… Mais aussi quelques pièces venues de l’appartement parisien, des appliques et des plafonniers en terre cuite frappés du logo de Vila Bea, des photos anciennes colorisées de Casablanca ou Rabat. Le pop marocain dans toute sa splendeur…

Mémo
Vila Bea 41, Front de mer, Moulay Bousselham + 212 (0)5 37 43 20 87 www.vilabea.com

Voir aussi

Décliné en deux adresses, le concept de restaurant & glacier Zeitoun Café Marrakech n

Zeitoun Café Marrakech

Texte : Rachid Rachidi Bastaoui Photos : DrCouleurs Maroc n° 60 Été 2018 Zeitoun Café …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *